30.6.16

Minimalisme (ou l'art de vivre léger)


(via)


Depuis quelques mois je me suis remise en question quant à mon rythme de consommation et mes achats. J'ai été une consommatrice féroce par le passé, possédant des centaines de fringues, des dizaines de paires de chaussures et de sacs et un nombre incalculable de produits de beauté en tout genre. Je n'en possédais jamais assez et une fois un nouveau bien acquis je partais immédiatement en quête d'un autre. C'était un cycle sans fin.


J'ai dû claquer l'équivalent de dizaines de mois de salaires afin de pallier à mes envies quasi irrépressibles d'achat. J'y pensais tous les jours, tout le temps, mes possessions à venir occupaient la majeure partie de mes préoccupations. Et pendant ce temps là tous ces objets, fringues et babioles en tous genres s'accumulaient dans ma toute petite chambre, j'en étais submergée à ne plus savoir quoi en faire mais je continuais. J'avais peur de manquer. Etre entourée de ces possessions était, je pense, un moyen de me rassurer.

Mais tout ça c'était avant. L'année dernière j'ai repris mes études en laissant pour cela tomber mes petits boulots. Et qui dit plus de boulot dit également plus de revenus. J'avais tout de même réussi à faire quelques économies afin de subvenir à mes besoins durant toute ma période scolaire et je ne souhaitais pas travailler à côté afin de me consacrer exclusivement à mes cours. Et je me suis très vite rendu compte que je ne pourrai pas continuer à dépenser autant si je voulais réussir à tenir jusqu'à la fin de l'année scolaire. J'ai donc progressivement réduit mes dépenses au fur et à mesure que se vidait mon compte en banque et que l'inquiétude d'être à sec se faisait sentir. Et j'ai (presque) réussi (j'ai tout de même dû demander un peu d'aide à mes parents sur la fin de l'année scolaire mais j'étais tout de même plutôt fière de moi). 

Je n'avais pas prévu qu'être forcée à la restriction engendrerait chez moi un tel questionnement de ma vision de la consommation. En effet, je me suis rendu compte que je n'avais pas besoin de posséder tant de biens pour vivre et surtout à quel point ces biens avaient prit une importance considérable dans ma vie. Comment en étais-je arrivée là ? Quand étais-je devenue si dépensière et pourquoi ce besoin compulsif d'acheter tant (et souvent n'importe quoi) ? Je me suis également rendu compte que je n'utilisais même pas le quart de ce que j'avais. Je ne portais que trois ou quatre paires de chaussures sur la vingtaine de paires que je possédais, idem pour mes vêtements sans parler des kilos de crèmes et maquillages, sitôt achetés sitôt oubliés pourrissant au fond de mes placards. J'ai pris conscience que cela ne pouvait plus continuer, je devais arrêter tous ces excès (sur le coup j'ai même songé à aller voir un psy convaincue que j'étais devenue folle sans m'en rendre compte). 

J'ai alors commencé à faire le tri dans mes affaires, à jeter, vendre et donner tout ce que je n'utilisais pas. Et ça m'a fait un bien fou. J'avais comme le sentiment de respirer un peu mieux alors que je n'avais même pas conscience d'être en train de suffoquer. J'ai donc continué sur ma lancée. Et depuis quelques mois, je n'ai quasiment plus rien acheté pour me contenter de terminer tous mes produits entamés et de profiter de ce que je possédais déjà sans chercher à en avoir toujours plus. Et à ma grande surprise, je suis bien plus heureuse ainsi.

Et puis j'ai découvert le mouvement minimaliste via des articles et des blogs tels que celui de Moe. Je me suis reconnue dans leurs envies d'une vie plus simple et libérée des préoccupations purement matérielles. Pour celles et ceux qui se demandent ce qu'est le minimalisme, je dirais qu'il s'agit pour ma part d'un mode de vie visant à se détacher de ses biens matériels, de prendre conscience que les objets ne sont que de simples objets et en ce sens il s'agit de remettre littéralement les choses à leur place en ne leur accordant pas plus de place dans nos vies qu'elles n'en méritent ; et au contraire il s'agit de favoriser les expériences humaines telles qu'aller boire un verre entre amis, organiser une sortie au cinéma/au musée/au théâtre ou encore préparer un voyage plutôt que de dépenser ses sous dans une énième sortie shopping. Le minimalisme consiste donc pour moi non pas à cesser d'acheter quoi que ce soit mais à dépenser plus intelligemment ses deniers. Bien entendu je continue à acheter quelques vêtements et des produits de beauté mais à présent je n'achète plus que ce dont j'ai réellement besoin, ni plus ni moins ; j'attend d'avoir terminé un produit ou usé un vêtement avant d'en racheter un autre (si cela s'avère nécessaire), et surtout je prends le temps de choisir des produits de qualité. Une seule paire de chaussures que j'apprécie vraiment vaut mieux que dix paires achetées sur un coup de tête et que je cesserai de mettre 3 jours plus tard voire que je ne porterais jamais car trop inconfortables ou finalement pas vraiment à mon goût et qui finiront par m'encombrer plus qu'autre chose. Ainsi, tout ce que je possède me correspond parfaitement et j'utilise et profite de tous mes biens, ce qui est tout de même vachement plus satisfaisant que de posséder l'équivalent d'une boutique H&M et de ne même pas en profiter pleinement. 

Alors bien entendu le minimum vital varie énormément en fonction de chacune et chacun, par exemple moi qui adore la mode et les cosmétiques, malgré un bon gros tri, certains considéreraient que je possède encore beaucoup trop de choses pour me proclamer minimaliste et pourtant il s'agira du minimum selon moi. Chacune et chacun trouvera son équilibre différemment et je considère que ce n'est pas en me débarrassant de tout que je me sentirai plus minimaliste mais plutôt en possédant exactement ce dont j'ai besoin ; et qu'importe si j'estime avoir besoin de 20 rouges à lèvres et d'une bibliothèque complète de livres, du moment que j'apprécie et utilise chacun de ces objets sans aucun superflu. 

Aujourd'hui je ne suis plus l'éternelle insatisfaite que j'étais il y a quelques mois encore. Bien entendu j'ai encore du chemin à faire avant d'être en total raccord avec mes valeurs, par exemple je prévois d'approfondir encore davantage ma réflexion et de progressivement cesser de me fournir dans certaines grandes enseignes et de privilégier les articles made in France et les petits créateurs, quitte à payer un peu plus cher. Au moins je n'aurai plus aucune culpabilité vis à vis des conditions de travail discutables des employés dans leurs usines et je n'aurai plus cette impression désagréable d'être un énième mouton perdu dans le troupeau de la surconsommation de biens souvent médiocres et produits en masse. Et en plus, si je peux donner un coup de pouce à des entrepreneurs locaux méritants alors c'est avec grand plaisir. Je compte également privilégier les friperies, les vides-dressing et les brocantes car je considère que rien ne devrais se perdre, que chaque vêtement et objet déjà existant peut faire un heureux tant qu'il est toujours en bon état et qu'il est inutile de produire sans cesse du neuf avec tout le gaspillage que cela implique. J'emménagerai à la fin de l'année par exemple et je compte bien chiner la majeure partie de mes futurs meubles en brocante ou faire de la récup et éviter au maximum les détours par une trop célèbre enseigne suédoise. Quel plaisir à l'idée de posséder des pièces uniques et originales, des pièces avec une histoire et du caractère !  

Concernant les cosmétiques, je ne souhaite pas spécialement pour le moment passer totalement aux produits bios/éthiques/écologiques/naturels/etc contrairement à la mouvance que vois chez beaucoup de blogueuses et youtubeuses (ce que je comprend et approuve tout à fait) ceci tout simplement parce que j'ai trouvé une routine qui me convient et les marques qui me plaisent et que même si celles-ci ne sont pas forcément clean je ne me sens pas encore prête à tout chambouler. Je sais je me contredis un peu dans ma démarche sur ce point mais qui sait, peut être que cela viendra prochainement (et puis certains des produits que j'utilise sont déjà "clean" mais ce n'est pas encore le cas de la majorité). De toute manière je me contente encore pour le moment de me débarrasser au maximum de mon excédent de produits avant de réfléchir plus sérieusement à un éventuel changement de consommation ; je pense d'ores et déjà tester des initiatives naturelles avec des produits à multi usage pour remplacer les produits que j'utilise le plus comme le shampoing, le savon ou la crème hydratante (je vous en reparlerai très certainement lorsque je serai prête et plus informée sur le sujet). 

Enfin, je tiens à souligner que dans mon cas le minimalisme ne s'arrête pas au domaine de ma consommation mais est devenu une véritable philosophie dans ma vie quotidienne : je préfère par exemple aujourd'hui avoir un nombre d'amis restreint mais prendre soin de chacun d'entre eux, prendre le temps de les voir et d'entretenir de véritables relations ; dans le même esprit je préfère également faire moins de choses mais me donner le temps et les moyens d'aller au bout de ce que j'entreprends plutôt que d'entretenir 10 000 projets qui demeureront inachevés (et qui seront en plus vecteurs de stress comme je vous en parlai ici). 

En conclusion, le minimalisme me permet de savoir apprécier ce que je possède déjà et d'en être comblée au lieu de rester éternellement insatisfaite des choses que je ne possède pas, je redécouvre les joies de la simplicité et je suis contente au jour d'aujourd'hui d'être sortie de mon mode de vie basé sur l'envie et l'excès, ce qui était en y repensant à la limite du malsain (je m'alarme d'ailleurs un peu lorsque je vois le modèle de surconsommation promu par certains blogs/chaînes youtube en pensant à toutes les jeunes âmes qui les consultent et les prennent pour une seconde bible). Je ne peux que souhaiter pour elles que de plus en plus de personnes aient le même déclic que moi car avoir une vision minimaliste des choses, ça change la vie (et rien qu'en bien) et ça l'allège beaucoup aussi.   




Et vous, quelle est votre vision de la consommation dans une société où tout nous pousse sans cesse à consommer plus ?


4 commentaires:

  1. Je consomme pour ma part des produits bio (notamment en cosmétiques). Sinon je me tourne de plus en plus vers les jeunes créateurs et le made in France. L'essentiel est de se sentir bien. Le minimalisme n'est qu'un nom.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis tout à fait d'accord avec toi, le minimalisme n'est qu'un mot sur lequel chacun appose ensuite sa propre définition. J'ai également quelques produits bio (surtout au niveau des soins du visage car c'est la partie de mon corps pour laquelle je suis la plus vigilante quand à ce que j'y mets) et mon but est d'élargir la consommation de produits bios progressivement à tous mes soins, puis à mon alimentation, mon maquillage, etc, mais pour cela j'attends de découvrir des marques à la hauteur de mes exigences (la fille pas du tout chiante) d'ailleurs si tu en as quelques unes à me conseiller je suis prenante. Effectivement ensuite comme tu le dis si ben l'essentiel est d'être en accord avec soi-même et chacun y parvient à sa manière et selon ses propres convictions, je ne prône bien entendu pas la voie unique du minimalisme ;)

      Supprimer
  2. J'aime beaucoup ton article. Tu te livres très honnêtement et j'ai apprécié connaitre toné volution pour en arriver à cette pensée. Sans posséder énormément, il y a deux-trois ans en arrière, j'étais un peu comme toi, par exemple dès que je sortais je partais m'acheter une nouvelle robe et une paire de chaussure... sauf que je sortais tous les week-end... Puis, il y a près de deux ans maintenant, avec mon copain on a pris la décision de partir en voyage longue durée et donc qui dit voyage dit économies..; On a donc revu notre mode de fonctionnement et budgétisé toutes nos dépenses pour faire entrer ses économies assez énormes. Au début c'était du sacrifice mais au final, je n'avais même plus envie d'acheter quoi que ce soit en passant devant les vitrines des magasins. Je me contentait du peu de fringue en bon état que j'avais et que j'aimais et j'ai aussi changé ma mentalité. aujourd'hui, je vis en mode minimaliste puisque depuis 4 mois nous sommes en voyage et donc n'avons que quelques affaires qui tiennent dans un sac à dos. C'est pa sgrand chose mais je me rend compte que ça se fait. De temps en temps je change un habit pour un autre mais jamais plus. En rentrant, je pense garder cette façon de faire, comme tu le dis : avoir moins de choses mais les apprécier plus. C'est vraiment un mode de vie qui m'attire et qui, je le sais me conviendra lorsque j'aurais de nouveau une vie de sédentaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie de lire ton témoignage, je ne peux que te souhaiter une belle suite pour ton long (et beau j'en suis sûre) voyage avec ton chéri :)

      Supprimer

articles plus récents articles plus anciens Accueil